Témoignages


Kristina Kucova avec sont amie et coach Chantal, à Roland Garros où je suis allé pour quelques jours pour lui donner des soins.

Kristina Kucova a eu mon adresse par Lara Michel, pro de Tenis suisse, lors d’un tournoi à Genève ou Kristina était blessée au dos et ne pouvait pas jouer le dimanche pour finir le tournoi.
Je l’ai vue un samedi soir, elle a pu jouer le dimanche sans douleur et a gagné

Ezequiel Schelotto, joueur Argentin du sporting Lisbonne. Traité à une cuisse depuis 7 semaines, il jouait avec de grosses douleurs. Une seule séance sur place à Lisbonne a suffit pour que le problème s’atténue est disparaisse
Joueurs du sporting Lisbonne

Reto Ziegler. Footballeur professionnel.

Axel Lorisain, joueurs de basket professionnel venus pour de problèmes de genoux, énormes améliorations.

Rein Steve professionnel de Trail long distance, il avait une pubalgie un mois avant de faire le tour des géants (330km et 24’000 mètres de dénivelé). Son Medecin lui avait dis que c’était impossible. Il est venu toute les semaines pendant un mois avec mon collègue et moi. Il a finalement pu finir la course à la 49 places sens aucune douleurs. Maintenant il vient pour se préparer pour le TMB et la diagonale de fous

Footballeur professionnel (Dortmund/Allemagne)

Suite à un effort trop intense, j’ai vu apparaitre de fortes douleurs dans la nuque et le biceps gauche. Par moments, j’avais des fourmillements dans tout le bras. Ces douleurs se sont amplifiées jusqu’au stade où je n’arrivais plus à lever mon bras et à bouger mon épaule.

Après plusieurs séances, la douleur a diminué et j’ai retrouvé petit à petit l’entier de ma mobilité.
Pratiquant de la gymnastique aux agrès, je suis très contente de pouvoir refaire à nouveau des anneaux et tous les exercices sollicitant mon bras.

Je consulte également régulièrement Olivier Schoch pour un problème de sciatique récurrent. Ses massages me permettent de stabiliser mon état et d’éviter que la situation ne dégénère.

Je continue à consulter régulièrement pour des séances d’entretien afin d’éviter que de nouvelles tensions s’installent.

S.P.

Syndrome de Morton Après plus d’un an de douleurs sous le pied droit (vers les orteils), sensation de courants électriques lorsque je marchais ou faisais du sport, je suis allée chez mon médecin car la douleur devenait handicapante (avant ça j’ai fait de l’acupuncture et c’est mon ostéo qui m’a dit que j’avais un Morton). Après un IRM qui a confirmé cela, j’ai eu rdv chez l’ortho puis fais une infiltration. Aucune amélioration, j’ai même perdu la sensibilité de l’extrémité de deux orteils. L’ortho voulait ensuite opérer mais c’était 50/50. Pas trop motivée, il m’a alors envoyée chez une ergo où après 18 séances et des semelles, j’ai eu une amélioration mais ce n’était pas encore ça.

Depuis ma visite chez mon médecin et sur conseil de mon mari d’aller chez Osmos, 1 an c’est écoulé.

Dès la première séance, j’ai eu une amélioration significative et je pouvais à nouveau marcher plus de 2 heures et refaire du volley sans avoir de douleurs. Après 5 séances (mai 2020 jusqu’en novembre), je n’ai plus mal.

Je peux refaire sans problème de la montagne été comme hiver et retrouve peu à peu la sensibilité de mes orteils. Les séances ont été très douloureuses mais cela en valait vraiment la peine. Je continue d’y aller pour entretenir le travail déjà fait.

Merci à Olivier de m’avoir redonné ma pleine mobilité et du plaisir dans mes différentes activités sportives
Cynthia Emery

Une opération annulée… Suite à une chute à ski, et peut-être aussi un manque de souplesse, des douleurs vives au biceps sont apparues. Des réveils réguliers en pleine nuit, et une mobilité de l’épaule réduite m’ont poussé à consulter mon médecin.

Fin août 2016, après un IRM, un chirurgien réputé m’a proposé une opération au niveau de la coiffe articulaire. Le rendez-vous est pris pour fin novembre, je suis vraiment déçu car ayant déjà été opéré de l’autre épaule, je connais les douleurs ainsi que le temps de réadaptation nécessaire, et ce qui s’en suit au niveau du travail et des activités sportives.

J’avais entendu parler de massages à Chavornay, et je me suis adressé à Olivier Schoch. Après 3 séances, qui n’ont pas toujours été une vraie partie de plaisir, j’avais déjà retrouvé beaucoup de mobilité, et les douleurs avaient disparu. J’ai donc recontacté le chirurgien pour annuler l’opération prévue.

Et j’ai poursuivi le traitement par des séances mensuelles. Un an plus tard, après une saison de ski, de rando, de vélo ainsi qu’un travail dans l’agriculture, je ne peux qu’être satisfait du traitement reçu chez Olivier Schoch.
Serge C. 58 ans

En février 2017, j’ai eu un accident de ski assez conséquent avec éclatement de l’humérus, fracture de la coiffe de l’épaule et arrachement de certains muscles et tendons.

J’ai effectué après mon opération des séances de physio, qui ne donnaient pas grands résultats. Malheureusement l’état de mon bras empirait et le chirurgien, trois mois après l’intervention, m’a annoncé que je souffrait d’une capsulite Rétractile plus communément appelée  » Epaule gelée » due aux adhérences qui s’étaient installées et qu’il me faudrait plus de 1 an avant de pouvoir récupérer et retravailler. On m’a alors parlé de reconversion professionnelle.
Etant dan un métier manuel, mes bras sont mes outils de travail.

J’ai commencé a consulter Olivier début mai. Mon premier rendez-vous a été très douloureux et surtout impressionnant par les réactions de mon bras, des Hématomes très foncés qui sont apparus de suite. Olivier m’a expliqué le pourquoi cette réaction.
Il faut refaire circuler le sang dans une articulation morte où tout a été blessé et arraché. ( si vous bloquez par un barrage l’eau, la nature va mourir, il faut casser ce barrage « adhérences » pour que l’eau recircule et que la vie reprenne).
J’ai été tentée de tout stopper , trouvant ce traitement trop « barbare ». Heureusement, j’ai persisté et aujourd’hui, mi août, je lève de nouveau mon bras et ai pu reprendre mon activité à 50 %.

Mon chirurgien que j’ai vu ce matin m’a demandé les coordonnées d’Olivier car il n’avait jamais vu une patiente se remettre si vite d’une capsulite. J’ai retrouvé une articulation mobile et souple alors que mon opération date d’il y a 6 mois.

Faites lui confiance, oui il y a des bleus oui c’est douloureux les premières séances mais il redonne vie aux tissus qui ont été meurtris par un accident ou autre… Mille mille merci à vous Olivier. Je continue mes séances.
Maurine Chesaux


À 17 ans, j’ai commencé à avoir des douleurs dans le bas du dos sans raison apparente et non consécutives à un choc ou un accident. Après avoir couru tous les spécialistes et même essayé une infiltration anti-douleurs, je ne voulais plus voir personne, étant persuadée qu’on ne pouvait rien faire. Ma famille m’a toutefois convaincue d’essayer un dernier thérapeute, et c’est comme ça que je suis arrivée chez Osmos. Enfin quelqu’un a compris et identifié mes douleurs et a pu me soulager. Aujourd’hui je n’ai plus mal au dos mais je retourne régulièrement pour de «l’entretien».
Camille

Je me suis tordue la cheville droite lors d’une promenade. Ayant déjà eu par le passé des entorses, je me suis inquiétée pour celle-là car j’ai entendu un bruit bizarre, et j’ai dû rester par terre environs 5 min pour reprendre mes esprits tellement j’ai eu mal. J’ai pu remarcher en boitant bas quelques minutes après. En fin de journée, après crème et glace je me rends tout de même aux urgences pour une vérification.

Aux urgences, j’ai eu le droit à une radio, de la crème et un bandage, diagnostique, une foulure. La médecin des urgences, m’a dit qu’en 6 semaines ça devrait être réglé. 2 semaines avec l’attelle jour et nuit, 2 semaines avec l’attelle que le jour et 2 semaines ou je pouvais reprendre le sport avec une attelle. Je suis allée acheter mon attelle le lendemain dans une boutique spécialisée. La vendeuse, m’a tenu une autre théorie, me disant qu’avec l’entorse que j’avais, il fallait compter 15 semaines, 5 avec l’attelle jour et nuit, 5 avec l’attelle que le jour et 5 avec un peu de mouvement (pas de sport intensif) et ensuite recommencer le sport sans attelle.

Finalement, j’ai dû aussi prendre 2 rendez-vous à 2 semaines d’intervalle avec mon médecin de famille (j’ai eu deux rendez-vous avec 2 médecins différents). Au premier rendez-vous, le médecin me dit que je devais garder l’attelle 6 semaines minimum. Au deuxième rendez-vous (10 jours plus tard) le deuxième médecin m’a dit de tout de suite enlever l’attelle. Puis, j’ai vu un physio qui m’a fait faire des exercices sur ma cheville, j’ai eu beau lui dire que je ne voyais aucune évolution et que ça me faisait toujours mal, je devais continuer à sauter et faire plein d’autres exercices de rééducation.

Finalement Olivier Schoch m’a littéralement sauvée (et ce n’est pas la première fois) il a surtout été le premier à remarquer que j’avais des lésions sur le ligament. Ce que personne ne m’avait dit ou avait remarqué jusque-là. Après seulement deux rendez-vous, j’ai pu reprendre le sport (course à pied et tennis) et 90% de la douleur a disparu. Merci mille fois! Sarah G., 28 ans

En 2013, apparition de douleurs de plus en plus violentes, principalement au niveau de la nuque et ceci sans raison apparente. Raideurs, difficultés à tourner la tête, irradiations dans le bras gauche. Malgré de nombreuses séances d’ostéopathie ainsi que deux injections au centre de la douleur, aucun résultat.

En 2014, un IRM met en évidence un glissement de vertèbres nécessitant une opération d’urgence. Pose d’une « cage » avec espoir que les douleurs s’atténueront. Malheureusement ce n’est pas le cas. Plusieurs séances de physiothérapie «douce», une vingtaine de séances d’acupuncture, je commençais à désespérer.

Je perdais le sommeil car impossibilité de poser la tête durant plusieurs heures sur un oreiller, lever le bras gauche était difficile, parler, marcher, bouger la tête, chaque geste n’était que douleur. Je devenais irritable et restais parfois sans énergie, épuisée par ces maux constants. Mon travail, à 69 ans, me passionnait mais je commençais vraiment à songer arrêter.

Après 4 séances avec Olivier, j’ai recommencé à avoir du plaisir en tout et, en 5 mois, les douleurs s’estompent à grande vitesse. Je dors, je lève mon bras, je marche durant 7 heures sans douleurs, j’ai repris le ski, la raquette et je peux me mobiliser sans problème en voiture. Le soir, même après 8 heures à l’ordinateur, je tourne la tête ! A ce jour, ma grande passion, reprendre la course à pied devient envisageable.

Il n’est pas très logique d’utiliser le terme « résurrection » mais ma vie de chaque jour a changé. Je vis! Olivier, merci! Danielle


Je suis une femme de 29 ans de Londres. Je suis une personne très active qui a aussi une vie sociale active. Ma passion tout au long de ma vie a été le sport, en particulier le ski. Comme ces choses semblent toujours se produire je me suis blessé la cheville dans un moment d’inattention. Ceci au début paraissait innocent. A ce moment, mon corps était dans un état fragile et a réagi anormalement à cette entorse. En l’espace de 3 mois, je suis devenu pratiquement paralysé. J’ai passé 7 mois à voir les meilleurs médecins de Londres, recevant différents diagnostics suggérant des problémes neurologiques, sans soulagement symptomatique. La douleur était une sensation de brûlure aiguë initialement sur la partie inférieure de ma jambe qui s’est ensuite étendue à la partie supérieure. La douleur était constante, 24 heures par jour. Peu à peu, en raison de cette douleur, je suis devenu incapable de marcher ou de mener une vie normale comme je le savais auparavant. Tout avait changé et j’étais très malheureuse, triste et effrayé que je resterais dans cet état pour le reste de ma vie. Je changeais entre des béquilles et des chaise roulantes.


Ma mère a entendu parler d’Olivier et l’a immédiatement appelé. Il a retourné son appel alors qu’il était en vacances et a organisé de me voir dès qu’il était de retour. Je suis arrivé en me sentant découragé après avoir vu tant de médecins à Londres sans aucun résultats, mais pour la première fois j’ai quitté un rendez-vous en aillant de l’espoir que quelqu’un pourrait vraiment m’aider à sortir de ce cauchemar. Au cours des mois j’ai mis trop de glace sur ma cheville car c’était la seule manière de soulager cette douleur insupportable… Olivier a dit qu’il n’avait jamais rien vu de tel. Je n’avais pas de circulation dans mes jambes. Après plus d’une année de séances régulière avec Olivier, il m’a redonné une vie. Je suis maintenant capable de marcher, de travailler et de revoir mes amis. Tout au long de ce processus, il a été extrêmement attentif, ma soutenu et en tant que patiente, j’ai vraiment senti qu’il voulait m’aider. J’ai encore un long chemin à parcourir, mais je commence petit à petit à retrouver la possibilité de refaire les choses dans la vie que j’aime. Il y a quelques semaines, Olivier m’a encouragé et à liés avec ma famille pour que j’essaie de nouveaux de skier (comme j’ai mentionné, ceci est mon plus grand amour dans la vie). J’ai réussi à faire une course. C’est de loin l’un des moments les plus heureux de ma vie. Il n’y a pas de mots qui puissent décrire combien je suis éternellement reconnaissante envers Olivier, qui m’a redonné une vie. Merci Olivier!
 Une anonyme de 29 ans

En février 2008 après une marche dans la neige, douleurs à l’intérieur du genou gauche. J’annonce ce problème à mon médecin qui m’encourage à supporter en attendant que ça passe.

J’attends péniblement avec un genou toujours plus enflammé et enflé jusqu’en novembre 2009, date à laquelle je me fais opéré du ménisque intérieur gauche. Alors que tout devait se remettre en deux mois, en février 2010 je ne peux plus marcher qu’avec des béquilles. On me fait une IRM, résultat nécrose de l’os fémoral dû à la cortisone. Ce médicament semble déconseillé aux personnes qui ont des problèmes circulatoires. Diagnostic, prothèse complète du genou. ( Ce que j’avais de la peine à envisager vu le résultat de la première opération.)

Après les visites chez plusieurs physio, chiro et autres étiopathes, je fais connaissance, par mon fils, d’Osmos. Dès la première visite, alors que le deuxième genou ne supporte plus de me porter seul, je me sentais déjà mieux et avais envie de poser les béquilles. Aujourd’hui, en 2013 après de nombreuses séances de massages profonds, qui m’ont remis en route la circulation, je portais depuis vingt ans des bas de contention, je remarche normalement plusieurs heures sur des chemins de forêts, je remonte les escaliers normalement ce que je n’ai pas pu faire pendant 4 ans, en deux mots, je revis. Hélène Martignier

J’étais désespérée. Je ne savais plus quoi faire. Ma vie était devenue compliquée. Je ne pouvais tout simplement plus me tenir assise. Ni dans le train, ni sur le canapé, ni au travail … un vrai calvaire. Les séances de chiro ne servaient à rien. Les patchs non plus. L’IRM n’avait rien décelé si ce n’est une inflammation. J’en arrivais à penser que tout ceci n’était que dans mon imagination. Les collègues me prenaient pour une malade imaginaire qui voulait juste se faire remarquer … :(.

Pourtant la « boule » était bien là. Je sentais cette « brique » dans la fesse. Elle me gênait, même debout ou en faisant mon footing. Tout me tombait sur les nerfs. Je n’en pouvais plus. Une connaissance m’a alors parlé d’Osmos. Dès que je suis allée sur le site, j’ai tout de suite su que c’était ce qu’il me fallait. Certes, sa mise en garde contre les « couleurs » et les « douleurs » m’ont parues surfaites avant que ne débute la première séance …

Au début, pas d’amélioration. Le mal se déplaçait. Il était si vieux et bien ancré profondément … Il fallut bien de la  patience. Bien serrer les dents aussi. Les séances étaient douloureuses. Le prix à payer. Et tout à coup l’inversion se produisit. ça allait de mieux en mieux. J’ai enfin pu m’assoir … quelle joie indescriptible … Les séances se sont gentillement espacées, ne devenant plus que des « rappels ».

Merci infiniment à Olivier.

Un conseil : n’hésitez pas. Vous souffrirez certes, mais après vous serez enfin de nouveau pleinement « vivant » …

Valérie Bernard